Génocide:

Souvenons-nous

Frédéric DAERDEN:

Ne détricotons pas la SECURITE SOCIALE..

En assemblée générale ouverte en la Maison du PS à Bruxelles, la Confédération des Seniors Socialistes recevait à la tribune Frédéric DAERDEN, député-bourgmestre, à propos de la problématique des pensions.

Un long et brillant exposé informait concrètement sur la réalité de bien des chiffres avancés, imposés différemment avec alarmisme, d'une réforme injuste et contre-productive sur le dos des travailleurs et des pensionnés, face aux alternatives possibles et nécessaires.

 

En débat mené avec fermeté à propos de "Ne détricotons pas la sécurité sociale ", une analyse plus précise  et actualisée suivra dans nos dossiers de la commission, présidée par Luc Jansen.

Le gouvernement  MR -NV-A allonge la carrière des fonctionnaires jusqu'à 7 ans...

Le saut d’index a beaucoup fait parler cette semaine, à juste titre. Mais, plus discrètement, le gouvernement MR N-VA a fait approuver une autre mesure très difficile: il a décidé de supprimer la prise en compte des années d’études pour les fonctionnaires qui partent à la pension. 

 

Cette disposition prendra ses pleins effets en 2030, mais un régime transitoire est prévu entre 2016 et 2029. Les travailleurs qui partiront à la pension l’année prochaine sont donc déjà concernés: un enseignant, par exemple, devra travailler 6 mois de plus dès 2016. A terme, un fonctionnaire diplômé devra travailler jusqu’à 7 ans supplémentaires.

 
Quelques exemples:
 

  • Jean est prof dans l’enseignement technique. Il arrive au terme de sa carrière et devait en principe prendre une pension bien méritée le 1er janvier 2018. Suite à la mesure du gouvernement MR N-VA, il devra finalement travailler 1,5 an de plus. Il ne pourra donc partir à la retraite qu’en juin 2019.

  • Brigitte est institutrice maternelle. Depuis quelques années, elle est extrêmement fatiguée à la fin de la journée et attend avec impatience de prendre sa retraite l’année prochaine, en février 2016. Tout est déjà organisé: sa fille va bientôt devenir maman et Brigitte se réjouit de pouvoir garder son futur petit-fils 2 jours par semaine. Mais à cause des mesures du gouvernement MR N-VA, elle devra finalement travailler 5 mois de plus, jusqu’en juillet. 

  • Hélène est assistante sociale dans un CPAS. Elle ne pense pas encore beaucoup à la pension: elle n’y aurait droit qu’en 2027 selon les règles actuelles. Mais suite aux mesures du gouvernement MR N-VA, elle devra désormais travailler 3 ans de plus, jusqu’en 2030 donc.

 
Ce n’est pas tout: alors que le gouvernement MR N-VA souhaite que les travailleurs poursuivent leur carrière, il supprime également le bonus de pension pour les fonctionnaires qui travaillent plus longtemps. Pour une enseignante qui travaille jusqu’à 65 ans, cela signifie une perte de 2.246€ de pension par an jusqu’à la fin de sa vie!

 

Le gouvernement MR N-VA poursuit donc selon sa devise « travailler plus pour gagner moins ». Le PS a voté contre ces mesures.

 

VIGILANCE ACTIVE S'IMPOSE.

Deux assemblées générales ouvertes, bien suivies, ont déjà abordé la problématique des pensions sur une réforme injuste et contre-productive pour vouloir s'opposer  à "Détricoter la sécurité sociale".

Hier, devant une assistance attentive, un communiqué de presse synthétisait les débats conduits par Luc Jansen:

"VIGILANCE": sur la prochaine mise en place des propositions fédérales... 

Communiqué de presse

Réunie ce lundi 13 avril, la Confédération des Seniors Socialistes (C2S) représentant les Seniors des 15 fédérations du PS, s’oppose aux avant-projets du ministre des pensions des 27 mars et 3 avril.  

Elle constate que le 27 mars, un avant-projet de loi et des avant-projets d’arrêtés royaux relatifs à la création d’un Comité national des pensions, d’un Centre d’expertise et d’un Conseil académique, et les arrêtés royaux déterminant les modalités de présentation et de désignation des membres du Comité national des Pensions établissant la répartition des mandats pour les organisations qui représentent les intérêts des travailleurs salariés, des employeurs et des travailleurs indépendants au sein du Comité national des Pensions, sont approuvés par le Conseil des Ministres en première lecture.

Elle constate que la mise en place de ces nouveaux organes font double emploi avec ceux déjà  existants avec des missions semblables à celles qui leurs sont confiées.

Elle constate que la place réservée aux représentants des aînés est nulle, si on se réfère à la réponse donnée le mercredi 11 mars à la commission des affaires sociales de la chambre.

Elle ne peut accepter le mépris affiché à l’égard des institutions existantes compétentes en matière de pensions.

Elle constate que le 3 avril des avant-projets de loi et avant-projets d’arrêtés royaux  relatifs à l’ouverture des divers droits à la pension et l’arrêté royal concernant l’âge légal de la pension, sont approuvés par le Conseil des Ministres en première lecture.

Elle constate que la vraie problématique n’est pas abordée en portant l’âge de l’ouverture du droit prévu de 63 ans et 42 années de carrière, l’âge de 67 ans étant théorique, vu l’article 36 de la loi du 8 juillet 1978 sur le contrat de travail. La manière de calculer la pension étant la clef du dossier.  Même à 67 ans, les futures générations auront des difficultés à remplir ces critères pour obtenir une pension décente.        

La Confédération s’adresse aux retraités actuels et futurs et rappelle ses propositions principales en matière de pension :

  • Le maintien et le renforcement envers et contre tous d’une sécurité sociale forte et indivisible sans plus aucune exclusion de ses composantes.

  • La conservation des trois régimes légaux de pension, dans leurs formes actuelles.

  • Un niveau de la pension de retraite par répartition qui doit atteindre- pour tous les pensionnés actuels et futurs(isolés et ménages)- 75% de la moyenne des 5 années les mieux rémunérées de la carrière professionnelle.

  • Une pension minimum pour tous les pensionnés (actuels et futurs) qui égale au moins, pour une carrière complète, le montant du salaire minimum interprofessionnel garanti.

  • La mise en place d’une réelle liaison automatique, annuelle et structurelle des pensions et des plafonds de calcul à l’évolution des salaires.

Elle constate que les projets du gouvernement ne rencontrent en aucun cas les propositions reprises ci-dessus. Au contraire, la démarche sous entendue dans les 2 projets est de transférer vers les assureurs et de manière obligatoire une partie du régime de pension.

« Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire » (Jean Jaurès)

 

 

Renée Vankeleffe

Présidente de la Confédération des Seniors Socialistes (C2S)

 

Luc Jansen

Vice-président

 

Le 13/04/15

Pour un revirement d'attitude

2 messages CCFA à la Commission du 29 juin 2015

Rapport annuel CCFA-2014

Le rapport annuel du Conseil Consultatif Fédéral des Aînés CCFA-2014 a été établi en juin 2015

  • Facebook B&W
  • Google+ B&W

 

Mentions légales

Nom de l’association : Confédération des Seniors Socialistes asbl

Siège social : Boulevard de l'Empereur, 13 - 1000 Bruxelles

Téléphone : 32 2 548 32 28

Directeur de la publication : Colemonts Chantal

Hébergeur : Wix.com

Le fichier des membres reste la seule propriété de l'asbl.